Absurde

Publié le par samya

Depuis que je suis dans l'enseignement au Maroc, je n'arrête pas de faire l'expérience de l'absurde. Le plus absurde dans l'absurde c'est quand les autres le trouvent normal! Un philosophe marocain, Reda Allali, a dit que si Kafka était marocain, il ne serait certainement pas aussi célébre! Je suis tout à fait d'accord, comme je me réjouit de ne pas être la seule à penser dans ce sens...

J'ai passé plusieurs années en France où j'ai étudié le droit. Suite à une annonce dans parue dans un quotidien marocain, j'ai passé un concours pour le poste de maître-assistante. Je pensais à l'époque que celà équivalait à maitre de conf comme en France. J'aurais dû m'en assurer avant de postuler.

Après quelques semaines dans mon nouveau poste que j'appréciai beaucoup d'ailleurs, je me suis rendue compte que le poste de maitre-assistant était en "voie de disparition" puisque, selon la loi,  c'est la diplôme de doctorat de troisème cycle qui donne droit au poste de maitre assistant et comme ce dîplome ne sera plus délivré, en raison de la réforme de l'enseignement supérieur, il n'y a plus de raison que le poste existe. Mais la loi a prévu une période transitoire jusqu'à fin févier 2001. Le 20 février, j'ai passé le concours! Le directeur de l'institut savait qu'il devait profité de cette possibilité pour recruter des professeurs. La coopération qui liait l'institut avec une université canadienne exigeait qu'il y ai des enseignants universitaires pour continuer à financer le projet du nouveau cycle supérieur qu'elle avait mis en place au sein de l'Institut... En effet, l'institut manquait d'enseignants universitaires et il y avait surtout des techniciens...

Dès que je me suis installée, on nous a envoyé un enseignant du Canada pour commencer le boulot: il y avait aussi un collègue docteur, une collègue ayant le diplome de troisième cycle et une collègue technicienne. Nous devions tous avoir le même poste! Hélas,  même ca on ne pouvais y prétendre...

Après quelques mois, le ministère de tutelle nous a envoyé, mon collègue et moi, une lettre où il nous siginifie que nous ne pouvions avoir le poste de maitre-assistants! L'argument? Ce poste est destiné à ceux qui ont un diplôme de troisème cycle et non pas un doctorat!

S'appuyant sur l'argumentaire du Ministère, nous envoyons une lettre où demandons qu'on nous occtroi le poste de professeur puisque c'est celui qui correspond à notre diplôme.

La réponse du Ministère fut sanglante: on ne peux avoir un poste pour lequel on n'a pas concouru, en plus, de toute manière, nous donner un nouveau grade exigerait d'ouvrir deux nouveaux postes budgétaires, chose que le Ministère ne peut pas se permettre!

Nous avons fait plusieurs déplacements à Rabat, mon collègue et moi, pour leur dire au Ministère de tutelle et au Ministère de la formation des cadres, que nous acceptions le poste de maitre assistant, même s'il est "inférieur", que nous êtions prets à signer un engagement certifant celà, ca ne marchait pas!

En attendant, les mois passaient, nous ne percevions aucun salaire, j'étais obligée de demander un logement étudiant dans la cité de l'Institut...

Nous devions nous rendre au Canada pour les besoins du nouveau cycle, mais nous n'avions pas de situation stable, nous n'avions aucun papier, donc nous sommes restés et nos collègues sont parties et pour combler les deux places restantes, l'Institut a envoyé deux techniciens...

Il fallait aussi que ce cycle ait un reponsable, ils ont choisi d'office la collègue qui a le diplôme de troisème cycle bien que le statut du cycle exigeait que le chef soit élu, comme c'est le cas dans le cycle correspondant de l'université canadienne!

Après une année,on nous proposé à l'Institut d'accepter le poste d'administrateur (donc de changer de ministère de tutelle) afin, au moins, de pecevoir un salaire (bien plus bas que celui prévu au départ que ce soit pour les maitre assistant ou pour les professeurs), "en attendant" que l'Institut trouve le moyen de "régulariser notre situation"...foutaises!

Nous avons finis par accepter. Nous n'avions aucun moyen pour vivre! Mon collègue allait avoir un enfant!

...

 

Publié dans lionnedatlas

Commenter cet article

Carpe Diem 09/12/2005 19:03

Enfin je te trouve, mais rassure-toi il n'y a pas que le Maroc où l'absurde est monnaie courante.