La fraude banalisée

Publié le par LionnedAtlas

En pleine période d'examens, avec son lot d'heures interminables de surveillance, se repose ENCORE la question de la fraude. Bien qu'il soit établit, noir sur blanc sur les copies d'examens, qu'il y a des sanctions en cas de fraude ou de tentative de fraude, les étudiants continuent à s’ingénier dans les modes 615023341-small.jpgde fraudes. Rien n’y fait, même les surveillants les plus vigilants, se font avoir par les fraudeurs expérimentés. Il y a ceux qui s’habillent comme si on était en Alaska pour mieux dissimuler leurs anti-sèche, il y a celles qui utilisent les manches ô combien adaptées de leurs Djellabas, pour coller carrément leur « hjab », et puis il y a ceux, plus soft, qui comptent sur le voisin…

Mais au-delà de l’effet « Les surdouées passent leur bac », il y a un véritable    malaise devant la fraude aux examens : tous les enseignants ne sont pas d’accord sur la légitimité de la sanction ! Il y en a même qui, à les entendre, pensent qu’il faut laisse « les enfants du peuple » réussir…Et malheur à celui ou celle qui irait jusqu’à chasser le « pauvre » étudiant de la salle d’examen « juste » parce qu’il a copié…

Bref, j’ai même l’impression parfois que les prof eux-mêmes se surveillent entre eux, des fois qu’ils seraient tentés d’aider les enfants du peuples dans leur besogne.

C’est ainsi que les méchants prof (autrement dit ceux qui surveillent vraiment) sont en général fichés par les étudiants et les collègues, de sorte que  les premiers craignent leur présence dans leur amphi, lors des épreuves et les seconds profitent de l’occasion pour montrer ô combien ils sont gentils en intervenant en tant que médiateur pour arracher le pardon du méchant prof. C’est à peine caricatural.

 

Mais le véritable problème qui résulte de tout ca, c’est que les étudiants n’ont plus conscience de la gravité de la fraude. Lorsque j’ai voulu faire un PV à un étudiant surpris en flagrant délit, celui-ci m’a tout bonnement suggéré la manière dont je devrais le sanctionner et qui ne mérite pas, selon lui, d’aller jusqu’au conseil de discipline ou le priver de continuer son examen…  

Le prof chargé de la matière a tout bonnement calmé l’étudiant en lui disant qu’il aura une bonne note malgré tout !

Il y a même eu des cas de bagarre étudiant/prof parce que l’étudiant ne comprenait pas pourquoi on lui interdisait de continuer l’examen (alors qu’il avait tout le polycopié soigneusement photocopié en format miniature !). Les mêmes mots reviennent à chaque fois : « c’est injuste », « je n’ai rien fait », puis tous les serments de chez nous « wallah laadime », etc.

Ce qui me sidère aussi c’est l’ingéniosité des méthodes employées pour frauder. On sens que l’étudiant y a passé du temps, qu’il tout a été prémédité avec soin…Alors je me demande, pourquoi tout ce soin n’est pas plutôt réservé à la révision ? Pourquoi cette débrouillardise n’apparaît pas sur la copie d’examen ?

 

J’espère que l’enquête que le conseil supérieur de l’enseignement aidera à réviser certaines notions d’éthique qu’on a tort de croire qu’elles sont bien ancrées dans les universités !

Publié dans lionnedatlas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lionned'Atlas 16/02/2008 15:48

Vraiment désolée! Ca ne se passe pas du tout ainsi normalement! Vous aurez pu, je pense, régler votre problème en douceur avec la prof avant d'en arriver là. Dites vous que le prochain semestre n'en sera que meilleur. Bon courage!

Out ! 15/02/2008 16:12

Etudiante en licence droit des affaires , j'ai vu tout mon semstre annulé cette année pour avoir farouchement défendu ma dignité. Injustement déclarée n9ala via un kit qui n'existait même pas...après vérifications infructueuses de la dite prof , le kit n'était pas là ( moi qui ne possède même pas un tél ) , cette même créature poireaute devant ma table ( première d'un rang d'étudiants qui ont abusé de la situation pour ôooo copier et copier et frauder et copier !!) , moment de solitude avec cette personne qui exerce son pourvoir sur une étudiante en plein effort de concentration pour pondre une dissertation en 1h30 .Je m'emporte , demande à la dite personne de me laisser tranquille , passer mon examen et sortir , que nenni , cherche la querrelle , c'est parti et j'ai lâché le mot vous me faites chier !!Rapport ( même après excuses très sérieuses auprès de la dite prof , excuses publiques d'ailleurs) , annulation du semstre pour indiscipline . Je m'en veux , de pas avoir fermé ma gueule à la marocaine.

Lionned'Atlas 08/02/2008 21:12

Tout à fait d'accord Hmida, Emomo, Moony, Dima@EL Jebli, je crois que ni la nature de l'épreuve, ni le système éducatif marocain ne justifient la fraude.

Mister H. 23/01/2008 10:13

La fraude est une plaie, un fléau qui nous touche aussi, au Mans, en France.Les subterfuges sont les mêmes et les étudiants toujours aussi désemparés, qu'ils soient d'un côté ou de l'autre de la fraude.C'est aussi l'occasion de vous remercier pour le commentaire que vous avez laissé sur notre journal, que nous vous invitons à consulter dès que vous le souhaitez. D'autant qu'un lien permanent y a été installé vers votre blog.Merci.

le jebli 21/01/2008 10:41

Bonjour tous le monde, moi j'ai une autre vision de ces fraudes, car il y a plusieurs types de fraudeurs (au lycée surtout).Il y a tout d'abord le fraudeur qui ne connait rien dans sa matiere et qui est bourré de "Hjabs", d'ailleurs ces derniers ne sont pas si difficile a trouver car ils sont tous simplement en vente, ce genre d'élève est ou bien dans une filière qui n'a rien à avoir avec cette matière (ce qui etait mon cas puisque j'etais SC.MATHS et je devais passer Education islamique, merci), ou bien qu'il n a rien révisé puisqu'il n'en avait pas les moyens (temps, espace adéquat etc) ou la motivation de le faire, dans les deux premiers cas je met au défi quiconque qu'il ne va pas frauder vu le climat malsain qui regne dans nos lycées (corruption, cours particuliers, notes gratuites pour les meneurs de grèves etc), en tout cas pour moi c'etait claire que j'allais pas apprendre le coran pour avoir mon bac.Reste le cas des branleurs, et beh ceux la traine derriere eux un boulet qu'on leur a attaché au pied depuis le primaire, la production en chaine tendu des collègiens et le refus du redoublement excessifs, couplé avec une abscence totale de toute pédagogie dans le processus d'apprentissage, donne des collègiens qui ne savent pas écrire et qui à terme ne sauront plus lire.les fraudeurs doivent surement etre sanctionnés mais gardant dans l'esprit l'etat de notre système éducatif avant de nous acharner sur des élèves.