la moukataa

Publié le par samya

Après les examens, la faculté se tranforme tout d'un coup en une immense moukataa. C'est comme si nous étions en période d'éléctions. D'abord, il faut avoir la bonne liste des étudiants. Ensuite, chaque chargé de module y insère ses propres notes ainsi que celles des autres éléments du module. Par exemple, si vous avez trois éléments de module, il va falloir insérer vos 700 notes (le nombres des étudiants) ainsi que les 1600 autres. Autrement dit, trois fois 700 noms à dicter. (sinon il y a un risque d'érreur lors de l'insertion des notes!). Cete opération a certes quelques avantages puisqu'elle nous permet de connaitre les noms des étudiants. Mais tout de même. Nous n'avons pas choisi d'être prof pour nous retrouver à dicter des noms et à insérer des notes dans des listes à n'en plus finir. Mine de rien, ces opérations nous prennent un temps fou. Quand est ce que nous auront le temps pour accomlir notre mission de base? Quand aurons nous le temps de préparer nos cours, de faire de la recherche??

Tout le mois de Janvier  a été bouffé par la "logistique": corriger, surveiller (quoique ces deux missions sont normalement du ressort du prof), insérer les notes, vérifier les absence, vérifier les certificats de maladie, les cas de fraudes, les sup, etc. Des opérations bouffe temps qui sont d'un ennui mortel pour le commun des enseignants.

La faculté aura encore une allure de moukataa une bonne partie de février, ensuite on pourra se consacrer encore un petit laps de temps à notre mission de base mais ca ne durera que deux mois au plus puisqu'il faut encore re-surveiller, re-corriger, re-insérer les notes, re-vérifier les absences, re-vérifer les certificats médicaux, etc.

Tout ceci pour honorer la charte de l'enseignement qui insite au contrôle continu des étudiants. Or cette réforme n'a tenu compte ni du nombre des étudiants, ni  de l'effectif des administrateurs (qui devraient normalement se charger de la logistique), ni  de celui des prof. C'est de ces choses là qu'ils faudrait tenir compte quand on applique la réforme. La loi n'est pas faite pour être appliquée de manière aveugle.

 

 

Publié dans lionnedatlas

Commenter cet article