Comment enseigner la terminologie juridique?(suite)

Publié le par samya

J’avais écris ici même il y a quelques temps les questions que je me posaient concernant Comment enseigner la terminologie juridique? . Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts, et je me rends compte en me relisant que je faisait un énorme pléonasme en me demandant commet considérer la terminologie juridique comme une science. Bref, aujourd’hui, je reste encore sur ma faim bien que je crois avoir trouvé une méthode simple et adaptée pour expliquer la terminologie juridique aux étudiants débutants. Je reste sur ma faim pour diverses raisons :
1. Je bloque toujours sur la recherche de l’origine étymologique des termes juridiques en arabe (ex. : pourquoi avoir traduit le mort droit par kanun ? d’où vient ce mot au juste ? a-t-il toujours signifié « droit » ou alors y a-t-il eu d’autres mots équivalents du mot droit ? etc.). Dans le fameux dictionnaire « lissanAl Arab » on trouve quelques esquisses de réponses, mais quand j’ai commencé, rien qu’avec le mot « droit » j’ai eu mon compte (plusieurs pages) mais pas de véritable réponses (c’était plutôt littéraire).
Moralité : je peux parfaitement expliquer l’origine étymologique de termes juridiques en français, mais en arabe je suis incapable de savoir pourquoi on a octroyé tel terme à telle institution juridique…Devant la difficulté d’une telle entreprise, j’ai fini par laisser tomber, pour l’instant !
2. J’ai de plus en plus l’impression que pour mieux enseigner la terminologie juridique, il faut aussi maîtriser la linguistique. Au Maroc, je ne pense pas qu’il y ait des études faites la dessus comme il n’y pas non plus de légistique http://webdroit.unige.ch/cours/general/def/legistique.html#La. Or, je n’ai aucune véritable compétence dans ce domaine, pour l’instant !
3. Je ne sais toujours pas où doit s’arrêter mon cours ! La terminologie juridique c’est vaste. Si je me contente d’apprendre aux étudiants les termes et leurs traductions qu’ils auront à rencontrer lors de l’année, je risque de chevaucher sur d’autre cours. Le seul avantage pour eux reste donc la traduction. D’ailleurs c’est ce qu’ils retiennent puisque souvent ils se contentent d’apprendre par cœur les traductions de termes qu’ils trouvent dans certains polycopiés. Or, la traduction en elle même est une science à part entière (http://www.village-justice.com/articles/traduction-juridique-Methodes-sources,1215.html) qu’il ne faut pas prendre à la légère et surtout pas se contenter de faire la liste de mots et leurs équivalents en français sans explications.
C’est donc sur ce dernier point que j’insiste avec plus au moins de succès, comme je tente d’attirer l’attention des étudiants sur le style des lois et des jugements. Mais il y a encore plein de pistes à explorer (1 et 2 notamment).
Ca se corse lorsque j’entame le cours de droit comparé où je dois leur parler de la terminologie du droit anglais par exemple. Là ça deviens vraiment absurde (dans les facultés européennes on apprends la langue en même temps que le droit comparé). Les étudiants ont tendance à confondre les deux cours.
 
Je dois dire que l’étude du style des lois est un exercice fort passionnant. Ce qui est comique dans l’histoire c’est que l’objectif de l’enseignement de la terminologie juridique vise, à mon sens, à démontrer aux étudiants que les termes juridiques ne sont pas à prendre à la légère et qu’on ne peut utiliser un mot à la place d’un autre. La terminologie juridique est la science de la précision puisqu’il en va de la sécurité juridique. Cependant, à la lecture des textes de lois on se rend compte que souvent la précision est le cadet des soucis du législateur. Un exemple « passionnant » parmi d’autre la Constitution notamment dans sa version arabe (dans le même ordre d’idées je dois souligner que je n’ai pas encore trouvé un dictionnaire juridique arabe qui arrive au niveau du dictionnaire Henri Capitant : souvent ce sont des traductions approximatives qui ne prennent pas en compte la diversité des systèmes juridiques et qui ne présentent pas de véritables définitions juridiques). Pour revenir à la Constitution, la version arabe opère un amalgame ou du moins un manque de précision des termes de proposition de loi et de projet de loi. Quand on se tue à expliquer aux étudiants que la proposition de loi c’est l’initiative des loi prise par le Parlement et que le projet de loi c’est l’initiative de loi prise par le gouvernement et qu’on trouve que la version arabe ne considère pas que cela soit important (articles 52 et 54 de la version arabe de la Constitutionاhttp://www.maroc.ma/NR/exeres/59096D32-166D-4078-B90A-735F767BFBDB.htm  on découvre qu’on est en plein légistique, mais ce qui reste vraiment dur à faire c’est d’expliquer aux étudiants que la Constitution puisse se tromper, qu’elle puisse ne pas être précise alors qu’on leur enseigne que le droit c’est la science de la précision, blablabla, qu’il y a un principe qui s’appelle la Constitutionnalité des lois, etc.
Un jour un de mes étudiants a fait le commentaire suivant : puisque même la Constitution s’en fou de la précision des termes juridiques, alors pourquoi nous demandez à nous d’êtres tatillons quant à l’emploi de ces termes?

Que voulez –vous répondre à ça ? Je me suis contenté de lui dire que c’était ça la légistique qu’il va falloir absolument développer au Maroc et que un jour il va peut être faire partie de la commission qui s’occupe de l’écriture des lois pour que nous aussi nous puissions avoir de belles lois claires et précises aussi rédigées dans un arabe limpide et traduites de manière scientifique non pas du français à l’arabe, comme cela semble le cas maintenant (puisque les textes français sont souvent mieux écrits), mais aussi dans l’autre sens et pourquoi pas en Amazigh ou même en Darija ? Mais là, ça risque de compliquer davantage le cours de terminologie juridique !

Publié dans Enseignement de droit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lionned'Atlas 18/04/2008 19:46

Désolée pour le retard et merci pour ton com et tes questions. Je ne trouve nul part ton email!

Algerois 05/04/2008 20:03

Salam  je veux m'adresser a la créatrice du blog  de bien vouloir m'aidé si c'est possible biensur  Je suis en 1ere année de droit et j'ai pas trouver ma téte .... un conseille !! des truc a faire !! des livres a révisé !! vraiment je veux pas refaire ma 1ere année voila un grand merci d'avance ta mon email écrit moi le plus vite posible svp 

Lionned'Atlas 07/03/2008 16:29

Salam cher collègue. Les jeux de rôle sont un excellent excercice, les mots croisés juridiques aussi (même si c'est un véritable casse tête), seulement encore fait-il avoir des salles pour...en général, les cours sont donnés dans des amphis et les TD ne sont pas prévus pour la terminologie juridique. Pour ce qui me concerne, je focalise surtout le cours sur la linguistique juridique (en me servant notamment de l'excellent ouvrage de CORNU qui porte le même nom). Je donne aux étudiants des textes à lire pour faire ressortir notamment les définition légilsatives afin de les familiariser avec la technique de définition en droit. Je leur donne également des textes de base (ex: l'esprit des lois) pour le côté relatif à la légistique (technique de rédaction des lois). Par ailleurs, je consacre une large partie du cours au discours juridictionnel (jurisprudence en arabe et en fançais). Malheureusement je n'ai encore rien trouvé sur le discours conventionnel et j'ai peur d'improviser...Je suis d'accord sur le fait qu'il faut dépasser la simple étude des termes dans les deux langues, ca ne rime à rien et les étudiants ne retiennent pas grand chose. Hélas, le cours de terminologie n'est prévu que pour les premières années, ce qui est totalement absurde! Du coup je ne suis pas du tout sûre que ce que je fais sert vraiment à quelque chose! Sinon, l'ouvrage dont tu parles a l'air interessant surtout s'il y a un cd avec. Je vais faire en sorte de le commander pour l'année prochaine si j'enseigne tjrs la termino (Merci!).N'hésite pas à me faire part d'autres suggestions pour cette matière ou une autre (j'enseigne également le droit comparé (totalement lié à la terminologie d'ailleurs) ainsi que l'introduction au droit, le droit constit et adm et le droit de l'entreprise. A très bientôt.

Zenasni Houari 04/03/2008 19:44

Merci beaucoup pour ces éclaircissements, moi qui viens juste d'embrasser cet univers de l'enseignement qui plus est avec le module de terminologie juridique, je doit dire que c'est une matière pas comme les autres en tous cas pour nous juristes qui sommes habitués à des cours bien schématisés avec un plan bien déterminé. Je doit dire que moi aussi j'ai des idées en tête mais pour le moment elles n'arrivent pas à se concrétiser sous forme d'un plan de travail avec un seul souci en tête en quoi ce cour va t il profiter aux étudiants, quel est sont but? je doit dire aussi que j'ai consulté pour arriver à cette fin les quelques ouvrages, très peu en vérité, et je suis tombé sur un qui m'a paru très intéressant, bien que petit  "le français juridique" au éditions l'Harmattan, très simple bien sûr destiné an réalité au grand public mais aussi aux postulants aux concours organiser par les chambres de commerce française, il est fourni avec un CD-ROM contenant des exercices très pratiques (interviews, commentaires, chroniques judiciaires, etc.), je doit dire aussi qu'utiliser des supports didactiques de ce genre n'est pas chose courante dans les fac de droit mais pourquoi pas, il s'agira à mon avis dans ce cour entre autre de familiariser les étudiant en 1er lieur avec la langue française qui avec la politique d'arabisation ici chez nous en Algérie fait que cette dernière a perdu beaucoup de place dans la vie quotidienne, paradoxe c'est la langue la plus usitée dans le monde professionnel, et donc le plus important à mon avis n’est pas de traduire ni de donner le sens de chaque terme (étapes non moins importantes)mais c’est aussi de pouvoir les placer dans une conversation, un discours, un texte. Des exercices pratiques avec des jeux de rôles serai souhaitables. Voilà je trouve ce blog très riche une initiative louable pourvu qu’il dur. Zenasni Houari (Oran-Algérie)

B Fikri 06/11/2006 15:34

Bonjour,J'ai visité votre blog aujourd'hui et je trouve qu'il est interessant, bravo.Je t'invite à visiter mon site afin de me donner quelques conseils et orientations.www.ledroitpublicmarocain.comBien à vous