Les contrôles contiuent

Publié le par LionnedAtlas

Mon ordinateur infesté de matrices n’aspire plus qu’à quelques jours de repos pour pouvoir reprendre son souffle. La matrice a encore fait des siennes ! L’administration nous la fourgue pleine de formules parfois erronées et c’est à nous de récolter les plaintes de étudiants, dont le nom ne figure même pas sur la matrice (s’agit-il d’étudiants fantômes ?) et les remontrances des chefs en soif de pouvoir …

Rien que pour afficher les notes dûment insérées, il nous faut passer par le responsable administratif  qui n’a rien à voir avec un universitaire mais qui lui détient la clé des locaux réservés à l’affichage des notes ! Pendant ce temps là les étudiants traînent devant les bureaux pendant des heures (voir des jours !) en attendant de savoir s’ils doivent aller préparer les rattrapages et dans quelles matières au juste…

La bureaucratie a pris le dessus  sur la pédagogie. Nos facultés ne sont plus que des matrices à remplir surtout durant ce mois « administratif » de janvier. Plus tard, on pourra remettre notre blouse de maîtres tout exténués que nous sommes par des heures de remplissages de matrices, de comptage de certificat maladie (parce que ceux qui ont un certif ont un zéro à la place d’absent et du coup ils peuvent  espérer un rattrapage s’ils ont cinq en moyenne en tout. En tout cas ça leur donne le droit de repasser le module. En fait, il s’agit d’une tactique de la part des étudiants voulant se consacrer à certaines matières et reléguer d’autres à un autre semestre. Tout le monde connaît la valeur des certificats médicaux au Maroc !), d’insertion des sup (autrement dit les notes conservées de l’année dernière), du calcul du nombre des absents, etc….

 Dieu bénisse les facultés de droit, c’est le fourre-tout universitaire où certains se contentent de faire du tourisme et nous embêtent, nous misérables enseignants, (déguisés en administrateur pour la cause !), à rentrer un misérable zéro de plus dans la fameuse matrice. Parce que des zéro il y en a plein ! Seul le tiers a pu passer, de justesse certes,  mais au pays des aveugles le borgne est Roi ! Il y aura donc toute une promotion de borgnes qui vont avoir leur licence cette année. Toute une promotion qui a passé une grande partie de son cursus universitaire à se faire interroger ! Les cours sont réduis à une peau de chagrin. Il parait que c’est ce qu’on appelle le contrôle continu. C’est une nouvelle démarche pédagogique dynamique, parait-il, sauf qu’ils ont oublié une toute petite chose : le contrôle continu est dynamique quand on l’applique à un nombre réduit d’étudiants, pas quand on mobilise toute une faculté (que dis-je ? toute une université !) pour faire passer un contrôle (qui du coup n’a plus rien à voir avec la continuité puisqu’il fige toute activité productrice à part bien-sûr la reproduction, plus au moins réussie, des cours par les étudiants).  

Les étudiants et les profs se seraient bien passés de cette réforme là !

Publié dans lionnedatlas

Commenter cet article