Nouvelle émission Radio dédidée à l'université

Publié le par LionnedAtlas

 

 

Medi1 consacrera désormais une nouvelle émission à l'université marocaine. La première a commencé Mercredi dernier

. Je l'écoutais en faisant mes surveillances et franchement la personne interviewée semble parler d'un système qui se trouve ailleurs, dans une contrée lointaine, car moi j'étais bel et bien là en train de surveiller une centaine d'étudiants à l’affût de la moindre occasion pour sortir leur antisèches...Un examen traditionnel en somme, que l’interviewé dit qu'il a disparu avec la réforme. Ah bon ? Lui arrive-t-il à ce monsieur respectable, président d'université qui plus est, d'aller faire un tour dans les facultés durant cette période de l'année ?

Parfois, ça donnait même l'impression que Yasmine (la journaliste qui fait les interviews), connaissait mieux que le lui le système universitaire marocain ! Étais-ce le trac du direct ? Déscendez sur terre messieurs les hauts responsables ! L'université marocaine va mal, très mal. Il y règne une ambiance sectaire et ça pue le Makhzen dans son sens le plus péjoratif ! L'accès aux études (notamment aux masters) se monnaie souvent et le système des instances est un flop total (car justement, il ne fait que ressusciter l'instinct tribal. Il ne faut pas croire que science rime toujours avec conscience!). Le contenu des cours, les méthodes d'enseignement et d'évaluation sont archaïques. La bureaucratie règne en maître absolu et le plan d'urgence n'a pas servi à grand chose finalement.

Recrutez plus d'enseignants ! Installez des fonds documentaires, favorisez des abonnements aux revues scientifiques, donnez-nous du matériel pédagogique moderne, et laissez nous nous débrouillez pour chercher des collaborations avec d'autres universités sans nous imposez votre bureaucratie ! Envoyez nous des gens compétents pour contrôler ce qui se passe à l'intérieur des murs car, croyez moi, ça pue vraiment !

 

 

Publié dans lionnedatlas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article