Drôles de facultés!

Publié le par LionnedAtlas

Dans les milieux de la recherche, on ne jure plus depuis quelques années que par la transdisciplinarité : les équipes pluridisciplinaires sur des sujets fédérateurs ont la côte  et bénéficient donc plus facilement de subventions. Ca c’est au niveau international. Pour ce qui est du Maroc, nous avons vu fleurir, il y a quelques années une nouvelle espèce d’universités, nommées, pour faire branché, facultés polydisciplinaires. Outre les tracas que cela pose pour certains quant à la transcription de ce nouveau concept (le correcteur d’orthographe n’accepte que poly disciplinaire, détaché donc), ou pour sa définition, surtout en le comparant avec « pluridisciplinarité », "interdisciplinarité" ou transdisciplinairté", il faut admettre qu’il n’existe aucun fondement, juridique du moins, à ces nouveaux venus.

En effet, bien que le terme polydisciplinaire fasse plus « engagé » que pluridisciplinaire, force est de constater qu’il est dans les faits complètement vide de tout sens.  Les facultés polydisciplinaires ne sont en fait que des universités réduites où sont mêlés cours de droit, de mathématiques, de langues, de chimie, etc.

Jusqu’ici tout va bien. Cela permet au moins aux enseignants des différentes spécialités de se rencontrer, mais ça ne va pas au-delà. Il n’y a aucune politique universitaire dans ce sens. Même au niveau des programmes, rien n’est fait pour encourager la pluridisciplinarité. Il va sans dire qu’il n’y a pas non plus de diplômes correspondants. On continue donc dans ces universités-facultés d’enseigner les programmes classiques, dans des départements qui font figure de mini-facultés  sans pour autant disposer des budgets adéquats.

Vous l’aurez compris, seules des considérations financières ont motivé les concepteurs de cette nouvelle formule hybride. Faculté polydisciplinaire n’est qu’un beau slogan vide de tout sens comme tant d’autres choses sous notre beau soleil. Au lieu de tirer partie de cette nouvelle opportunité pour faire véritablement de la pluridisciplinarité (avec tous les défis que cela représente, cela va sans dire), on se contente de « zipper » les programmes universitaires classiques dans un cadre qui n’a ni le poids des grandes universités, ni l’originalité que son titre laisse pourtant apparaître…

Publié dans lionnedatlas

Commenter cet article

Lionned'Atlas 07/01/2008 19:55

Affirmatif! C'est la magie de la réforme à la marocaine!

Naim 05/01/2008 03:11

Salut collègueEn plus les étudiants ne bénéficient en rien de cet aspect disciplinaire. Je ne sais pas si ça se fait chez vous, mais chez nous à la Faculté Polydisciplinaire de Safi, les étudiants ne peuvent pas choisir leurs cours à option dans les autres disciplines comme ça se fait dans les universités des pays du Nord. Donc les cours à option (qui en principe doivent être des fenêtres vers d'autres disciplines) ne comportent aucun choix et aucune option !!Mais parler de ça alors que Google Earth, un logiciel éducatif est toujours censuré au Maroc, ça m'enrage encore plus...A bientôt.