Jeux d'ombres

Publié le par samya

Note diffusée en retard : (les faits ont eu lieu en hiver)

Pendant trois jours, la faculté a baigné dans l’obscurité. Le matin, en entrant dans l’amphi, je ne distinguai pas les têtes des étudiants. Eux non plus n’apercevaient que ma silhouette. Je voulais retourner chez moi. Mais je voulais voir où en étaient mes collègues. Ils m’ont persuadé de continuer. Dans quelques minutes, disaient-il, la lumière réussira à  entrer dans l’amphi. J’étais partagé entre la colère et le fou rire. Je me demandais qui es cet architecte qui a construit ces amphi et je me demandais comment cela se faisait-il que tout le monde semble trouver cela « normal » qu’il n’y ai pas de lumière depuis deux jours ! Et moi qui me plaignais de l’insuffisance de l’informatisation !

Nous sommes dans un pays ensoleillé tous les mois de l’année, mais ça les architectes semblent l’ignore quand ils font leurs plans en se basant su les standards européens.

L’autre jour, il y a encore eu coupure de courant.  Mais heureusement que nous sommes au printemps. Il suffit juste de parler un peu plus fort que d’habitude pour se faire entendre puisque le micro non-plus ne fonctionne pas ! 

Le problème c’est que, à force, on peu devenir sourds et ce même à la petite voix intérieure qui nous murmure que quelque chose ne tourne visiblement pas rond…

Publié dans lionnedatlas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article